Photo d'illustration : Puissance Télévision
Photo de la collecte de mégots lors de la dernière opération zéro mégot

À Saint-Dizier, la chasse aux mégots est ouverte !

Environnement & Météo
alerte info
contenu publi-rédactionnel

L’association Bormona Nature organise une opération zéro mégot à Saint-Dizier afin de sensibiliser à la dangerosité de ces déchets.

Ce samedi 5 février, une « traque » aux mégots est organisée à Saint-Dizier. L’objectif est de ramasser un maximum de ces bouts de cigarettes qui ont été jetés dans la ville.

Cette opération zéro mégot d’une heure est orchestrée par l’association bragarde Bormona Nature créée en mars 2021 par Charlène Lataxe, dont elle est la présidente. L’association mène des actions d’information et de sensibilisation à la préservation de l’environnement, et plus particulièrement à l’abandon de mégots en extérieur. Au mois de juin 2021, plus d’un kilo de ces bouts de cigarettes avait été récolté à Saint-Dizier lors de l'une de ces opérations.

Menée avec le Sporting Marnaval Club, la collecte prendra son départ au Ciné Quai de Saint-Dizier, le samedi 5 février à 10 heures. Pour participer, il suffit de venir avec des gants ainsi qu’une bouteille ou tout autre récipient qui servira de contenant aux mégots récupérés.

« L’objectif avec cette opération zéro mégot est d’interpeller sur la quantité de mégots ramassés », précise Charlène Lataxe.

Les mégots seront par la suite envoyés en recyclage à l’entreprise bretonne MéGO!, qui est la première entreprise française et européenne spécialisée dans le traitement de ces bouts de cigarettes. Une fois les mégots collectés, l’usine opère un processus de dépollution et de recyclage des filtres de cigarettes permettant d’obtenir du PlastiGo!, matériau breveté de l’entreprise qui correspond à une plaque de plastique solide. Cette dernière, qui peut être recyclée et réutilisée sur le long terme, sert ensuite à créer du mobilier urbain, de l’affichage, des roll up ou encore des plus petites productions comme des supports de téléphone. En France, l’entreprise TchaoMegot, dans l’Oise, récupère également les mégots de cigarettes afin de les recycler et de les valoriser.

Affiche de l'opération zéro mégot © Bormona Nature

Le mégot : comme un poison dans l’environnement

À travers cette chasse, Bormona Nature souhaite sensibiliser davantage à l’aspect nocif et polluant des mégots pour l’environnement et pour l’Homme.

« Il faut que les gens prennent conscience que le mégot c’est un bout de plastique, et donc que c’est un déchet à part entière », appuie la présidente de l’association.

Chaque année en France, ce sont 30 à 40 milliards de ces bouts de cigarettes qui sont jetés par terre. Composé d’acétate de cellulose, une matière plastique, le mégot est constitué de plusieurs milliers de substances chimiques, toxiques et cancérigènes. Jeté au sol, il est ensuite acheminé par la pluie un peu partout. Lacs, rivières, océans, forêts, montagnes, aires de jeux ou encore trottoirs : tous sont impactés par la pollution qui découle des mégots abandonnés. Le mégot met d’ailleurs une quinzaine d’années à se dégrader avant de se décomposer et de libérer des particules nocives dans l’environnement.

Bormona Nature espère un jour voir l’émergence d’une filière de recyclage des mégots de cigarette à l’échelle locale. En attendant, elle encourage les fumeurs à se doter de cendriers de poche - vendus trois euros par l'association - pour y mettre leurs bouts de cigarettes jusqu’à pouvoir les jeter dans une poubelle. Pour Charlène Lataxe, cette solution n’est encore pas l’idéal du fait que le mégot jeté dans la poubelle est incinéré et non pas recyclé, mais elle est pour l'instant la seule option possible dans le secteur.

L’association est en discussion avec la municipalité de Saint-Dizier afin d’installer des cendriers urbains dans la commune. Les mégots pourraient y être déposés et seraient récupérés par l’association, qui les enverraient en recyclage à l'entreprise MéGO!.

« Le mégot est un déchet qui est encore socialement acceptable parce qu’on voit des fumeurs en jeter spontanément un peu partout : c’est le geste qu’on peut tous voir et qu’on veut vraiment débanaliser, parce qu’il n’est pas anodin », conclue Charlène Lataxe.

Pour rappel, le jet d’un mégot sur la voie publique conduit à une amende forfaitaire de 135 euros, pour abandon de déchets dans la rue.

Article publié le :
4.2.2022
à
9:52

Anne-France Marchand

Contacter la rédaction
Avec :
No items found.
Partager cet article :
les derniers articles
publicité