Photo d'illustration : Anne-France Marchand / Puissance Télévision
Photo d'un certificat d'immatriculation

Augmentation du tarif de la carte grise dans le Grand Est

Économie
alerte info
contenu publi-rédactionnel

La Région Grand Est a décidé d’augmenter, de quelques euros, le tarif du certificat d’immatriculation pour les automobilistes de la région.

Augmentation du tarif du cheval fiscal

Le jeudi 16 décembre, le conseil régional du Grand Est, à majorité Républicains, a voté une hausse de la taxe sur les certificats d’immatriculation dans la région.

À partir du 1er février 2022, une augmentation de 6 euros sera appliquée sur les cartes grises, passant leur tarif de 42 à 48 euros par cheval fiscal, ce qui correspond à une hausse d’environ 15 %.

Le coût du certificat d’immatriculation est déterminé par l’addition de la redevance d'acheminement et de 4 taxes : la taxe formation professionnelle, la taxe sur les véhicules polluants, la taxe fixe, ainsi que la taxe régionale. C’est cette dernière qui est fixée par les élus de chaque conseil régional, dont la valeur est déterminée par la multiplication de la taxe d’un cheval fiscal (CV) de la région d’habitation par la puissance administrative du véhicule. Chaque année, le conseil régional peut donc revoir la valeur du cheval fiscal de la région et, par là même, faire évoluer son prix.

Toutes les voitures sont concernées, hormis les automobiles électriques et celles fonctionnant à l’hydrogène.

Pourquoi cette augmentation ?

Cette hausse de la taxe régionale prise par la Région conduira à l’augmentation de ses recettes, ce qui lui permettra de favoriser sa transition énergétique et le développement de la mobilité durable sur son territoire.

Le Conseil économique, social et environnemental (CESER) du Grand Est a néanmoins émis certaines réserves quant à cette augmentation.

« Quel est le message envoyé à la population, notamment aux ménages les plus modestes, dans un contexte de hausse du coût de l’énergie et des carburants ? », déplore Sylvain-Loup Jacquot, conseiller au CESER de la Région.

En effet, le contexte économique actuel impacte lourdement le pouvoir d’achat des Français à travers l’inflation des prix de l’alimentaire, des carburants et de l’énergie.

Article publié le :
21.12.2021
à
13:45

Anne-France Marchand

Contacter la rédaction
Avec :
No items found.
Partager cet article :
les derniers articles
publicité