Photo : James Beaurepère / Puissance Télévision
Image d'une station essence à Saint-Dizier.

Cent euros « d’indemnité inflation » : les Bragards mitigés

Société
contenu publi-rédactionnel

Le Premier ministre, Jean Castex, annonçait hier soir le versement d’une aide aux Français percevant moins de 2 000 euros nets par mois. Cette indemnité s’inscrit dans le contexte de hausse des prix, qui touche particulièrement les carburants et l’alimentaire.

Le jeudi 21 octobre, au soir, le Premier ministre Jean Castex annonçait la mise en place d’une « indemnité inflation », à hauteur de cent euros.

Pourquoi cette indemnité ?

Après l’aide du gouvernement apportée suite à la hausse des prix du gaz et de l’électricité avec le « chèque énergie », c’est désormais le pouvoir d’achat global des Français qui est concerné par cette nouvelle indemnité.

La reprise économique, suite au Covid-19, est actuellement confrontée à l’inflation des prix partout dans le monde. Denrées alimentaires, matières premières, énergies ou encore matériaux sont concernés. En France, cette hausse des prix est particulièrement marquée sur l’essence et les produits d’alimentation, conduisant à une baisse du pouvoir d’achat des Français.

« La question de l’inflation, avec les conséquences sur le pouvoir d’achat, ne concerne pas que les produits pétroliers […]. Nous devons avoir une approche un peu plus large que celle liée strictement à l’essence », explique le Premier ministre.

Pour fixer le montant de cette aide, le gouvernement a évalué que pour 14 000 kilomètres effectués par an, les Français payeront un surplus de 80 euros à l’année, vis-à-vis de l’inflation des prix de l’essence.

Une aide, pour qui ?

Cette aide, d’un montant de cent euros, sera versée aux Français qui touchent moins de 2 000 euros nets par mois. Salariés, indépendants, artisans, agriculteurs, chômeurs actifs, mais aussi retraités seront concernés par cette indemnité.

Pour les couples, l’aide est versée par personne et non pas par foyer, ce qui signifie que si les deux membres du couple touchent moins de 2 000 euros nets par mois, chacun sera éligible à cette indemnité.

Ces cent euros seront versés automatiquement aux Français qui peuvent la percevoir, notamment sur leurs fiches de paye, entre décembre 2021 et février 2022. Aucune démarche n’est donc à accomplir. Les premiers à en profiter, dès décembre 2021, devraient être les salariés, suivis des agents de la fonction publique vers janvier 2022, et les autres bénéficiaires, dont les retraités, jusqu’à février 2022.

La seule condition pour être éligible à cette indemnité est donc en lien avec les ressources

Au total, ce seront environ 38 millions de Français qui percevront cette aide.

L’avis des Bragards

Interrogés en fin de matinée, les Bragards se sont exprimés vis-à-vis de cette annonce. Pour certains, la mise en place de cette indemnité est un bon début.

« Même si ce n’est pas au top et qu’il faudrait peut-être trouver autre chose, cette aide est positive. C’est à nos élus d’intervenir et de batailler là-dessus », confie un Bragard.

Pour d’autres, l’indemnité n’est pas la solution à cette inflation. « La meilleure chose à faire aurait été de baisser le prix à la pompe, c’était plus logique », affirme un habitant. Elle ne semble pas répondre aux besoins de la population.

« Une baisse de la taxe sur les consommations aurait été quelque chose de mieux, ça aurait permis à tout le monde d’en bénéficier. »

Les Bragards sont donc plutôt mitigés sur la mise en place de cette indemnité.

Article publié le :
22.10.2021
à
18:19

Anne-France Marchand

contacter la rédaction
Avec :
No items found.
Partager cet article :
les derniers articles
publicité