Image d'archive : Puissance Télévision
cigeo-puissance-television

Déchets radioactifs, et si on demandait l'avis du public ?

Environnement & Météo

La DUP, qu’est-ce que c’est ?

La déclaration d’utilité publique (DUP) est une étape essentielle pour la réalisation du projet de centre de stockage de déchets radioactifs dans la région de Bure-Saudron et permet de reconnaître la dimension d’utilité publique du projet, notamment la gestion des déchets radioactifs les plus dangereux et à vie longue. Celle-ci permettra de consulter les citoyens et sera ensuite délivrée par décret du Premier ministre après avis du Conseil d’État. Cette démarche concerne les aménagements nécessaires à la réalisation du projet, c’est-à-dire les travaux archéologiques préventifs, la construction de réseaux routiers et ferrés, le réseau électrique et les raccordements en eau.

Le stockage en couche géologique profonde est pour le moment la solution de référence inscrite à ce jour dans la loi pour la gestion des déchets radioactifs français les plus dangereux. Cette solution est mise en œuvre progressivement, depuis plusieurs années, par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), qui assure la maîtrise d’ouvrage du projet Cigéo pour le compte de l’État. À cet effet, le Préfet de la Meuse est désigné préfet coordonnateur du projet Cigéo, et est chargé de l’organisation de l’enquête publique.

Les citoyens acteurs du projet ?

Dès le 15 septembre et jusqu’au 23 octobre, les citoyens pourront consulter sur internet ou en mairie, les quelques 3 000 pages que le dossier d’enquête publique comporte. Celui-ci contient les caractéristiques du projet, mais aussi des informations générales afin d’améliorer l’information et la conception du projet. En Mars dernier, 24 collectivités Meusienne et Haut-Marnaise étaient concernées par l’implantation de Cigéo et ont été sollicitées pour se prononcer sur le dossier d’enquête publique. Le but de cette procédure consultative est de laisser s’exprimer les citoyens sur un projet susceptible d’impacter le territoire, à noter que chaque année environ 5 000 enquêtes publiques sont organisées chaque année dans l’hexagone.

La DUP ne donne pas le feu vert à la création

Cette déclaration d’utilité publique ne permet pas de donner le top départ de la création ni même de la construction du centre de stockage, pour cela d’autres autorisations seront nécessaires. L’objectif de l’Andra est d’acquérir d’ici 2025 un décret d’autorisation de création. La DUP reste une autorisation préalable à d’autres autorisations et permet d’acquérir des terrains pour l’implantation du centre, pour lesquels les négociations amiables, toujours privilégiées par l’Agence n’auraient pas abouti.

On n’accepte ou on n’accepte pas !

L’acceptabilité locale du centre de stockage de déchets radioactifs de moyenne et haute activité à vie longue (MA/HA-VL) est en effet essentielle pour la mise en service des installations programmées par les pouvoirs publics pour 2035. Or, au moins six communes sur la vingtaine de collectivités locales sollicitées ont, entre février et mars, rendu un avis négatif sur le dossier. Et ce, malgré l’accompagnement économique prévu par l’État.

Il faut admettre que ce projet n’est pas commun. Si l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs imagine une fermeture du site aux alentours de 2150, les déchets stockés garderont bien leur radioactivité durant plusieurs centaines de milliers d’années.

Article publié le :
1.9.2021
à
14:12

Allisson Godfroy

contacter la rédaction
Avec :
No items found.
Thèmes associés
Partager cet article :
les derniers articles
publicité