Photo : Puissance Télévision
Membre de la CGT portant un gilet à l'effigie du syndicat

Des manifestations à l’occasion de la fête du Travail

Économie
alerte info
contenu publi-rédactionnel

Dans un communiqué de presse, l’intersyndicale meusienne, dont la CGT, l’UNSA, la FSU et Solidaires, annonce qu’elle organise à Commercy une journée de mobilisation ce dimanche 1er mai. L’intersyndicale bragarde rassemblant la CGT, la FSU, SNUipp et Solidaires sera également mobilisée à Saint-Dizier.

À l’occasion de la fête du Travail et de celle de la journée internationale des travailleurs, qui se tiennent toutes deux ce dimanche 1er mai, plusieurs organisations syndicales appellent à la mobilisation partout en France, et sur notre territoire. Les manifestants veulent faire entendre leurs voix et leurs mécontentements face à la situation économique et sociale actuelle et aux réformes à venir, à l’aube du second mandat d’Emmanuel Macron.

Les organisations souhaitent organiser « un 1er mai revendicatif » pour manifester en faveur de l’augmentation des salaires et des retraites, pour reconnaître le travail des agents des services publics, pour défendre la protection sociale ou encore pour prendre davantage en considération la transition écologique et les enjeux que celle-ci implique.

Une situation sociale et économique aux abois

L’inflation et le pouvoir d’achat sont au cœur de la colère de nombreux Français à l’encontre de l’exécutif, et des revendications des syndicats et manifestants. Avec un « taux d’inflation qui s’emballe » et qui a augmenté de 4,8 % sur un an au mois d’avril, selon les données publiées ce vendredi 29 avril par l’Insee, les prix de l’alimentation, des produits manufacturés et ceux des services ont fortement progressé. Alors que de l’autre côté, précise l’intersyndicale, les « milliardaires en France ont accumulé 236 milliards supplémentaires lors de la pandémie ». La question des salaires reste donc au cœur des revendications.

Face à cette situation, l’intersyndicale réclame des « mesures fortes et générales d’augmentation des salaires et des pensions, des bourses étudiantes et un plan de rattrapage des pertes accumulées. »

Les organisations syndicales dénoncent ainsi la précarité subie par les étudiants et revendiquent la revalorisation des pensions de retraites. La retraite est un des points central des revendications avec l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans voulu par Emmanuel Macron, point de crispation qui a émergé à la fin de la campagne présidentielle.

Les syndicats souhaiteraient également une plus grande reconnaissance de « la valeur et de l’engagement [des agents des secteurs publics » ainsi qu’une revalorisation « d’urgence » du point d’indice. L’assurance chômage est également dans leur viseur.

« L’urgence est en effet au renforcement et à la consolidation des statuts, à l’embauche massive et à la juste rémunération de tous les fonctionnaires », précise l'intersyndicale de la Meuse.

Le communiqué précise également, en décentrant le regard de la situation en France, soutenir « le peuple ukrainien et tous les peuples victimes des guerres », préconisant un accueil « [digne] et sans discrimination » de tous les réfugiés « quels que soient leur pays d’origine ». Les organisations syndicales condamnent fermement l’invasion russe en Ukraine et manifesteront ce dimanche, aussi, pour le retour à la paix et à la solidarité internationale.

L'intersyndicale meusienne exige un « retrait immédiat des troupes russes du sol ukrainien et [un] retour à la diplomatie afin de dégager une solution respectueuse des droits des peuples et du droit international. »

Les organisations appellent à « faire de ce 1er mai un moment fort de réaffirmation des valeurs de solidarité et d’égalité et d’opposition à toutes les formes de discriminations » et espèrent une présence massive des « salariés, agents publics, jeunes, retraités ou encore privés d’emploi ».

La président réélu ne bénéficiera donc pas de la traditionnelle période d’accalmie post-élection et Macron II, à peine entamé, doit déjà faire face à la colère des foules.

Le rendez-vous est fixé à Saint-Dizier place de la mairie à partir de 10 h 30, menée par l’intersyndicale composée de la CGT, de la FSU, de SNUipp ainsi que de Solidaires.

À Commercy, la mobilisation débutera à 10 heures à la place du Fer-à-Cheval, menée par l'intersyndicale formée par la CGT, l’UNSA, la FSU et Solidaires.

Article publié publié le
30.4.2022
à
21:23
Avec :
No items found.