Photo : Puissance Télévision

Du rififi au Conseil Départemental de la Haute-Marne

Politique
contenu publi-rédactionnel

Ce vendredi 28 mai se tenait l’ultime séance plénière avant les élections départementales les 20 et 27 juin prochain.

En préambule de cette réunion, Nicolas Lacroix (LR), le président sortant du conseil départemental a évoqué divers points, tels que la mise en route d’une agence d’ingénierie territoriale, le CAP 2030, mais également la campagne électorale de certains candidats pour les élections départementales.

« Depuis quelques semaines nous assistons au retour du tourisme électoral, celles et ceux qui viennent se plaindre, avec vous car il y a des élections (…) Les marchands de peur, ceux qui vous disent que tout va mal, ceux qui se nourrissent, comme leur nom l’indique, de la rancœur nationale », avance Nicolas Lacroix.

Derrière ces mots, le président sortant vise les candidats du Rassemblement national et notamment Laurence Robert Dehault (RN), conseillère départementale sortante. En effet, il estime qu’elle méprise « tous ceux qui sont sur ce territoire, qui innovent, qui essaient », il en appelle même à la crédibilité de la candidate.

Durant près de deux minutes Nicolas Lacroix, va donc faire part de son mécontentement de la stratégie choisie par les candidats du Rassemblement national « Je ne vois que des pantouflards qui critiquent les cumulards, vous avez l’impression qu’ils travaillent trop, moi ce n’est pas le sentiment que j’ai, bien caché derrière leur figure nationale qui se moquent de ce territoire ».

Applaudis par une majorité des élus présents, Nicolas Lacroix a demandé à Laurence Robert Dehault si elle voulait s’exprimer à la suite de ses propos ou bien s’il devait « attendre deux jours pour voir un communiqué dans la presse ». La conseillère sortante n’a, dans un premier temps, pas souhaité rebondir sur ce discours. Après plusieurs relances du président sortant, Laurence Robert Dehault a pris la parole.

« Je ne suis pas élu pour faire de longs discours. Vous nous agressez, vous faites une espèce de campagne électorale en me citant nominalement ! C’est déplacé et moi, je n’ai pas à me justifier. Parlez, je voterais, je me justifierais au moment venu. Parlez, je n’ai pas à vous répondre » répond-elle avant de rassurer Nicolas Lacroix, qu’il n’y aura pas de communiqué de presse.
Article publié le :
28.5.2021
à
12:04
Avec :
No items found.
Partager cet article :
les derniers articles
publicité