Fouilles archéologiques préventives, sur l’emprise de ce projet de la déviation de la RN 135

Environnement & Météo

Des fouilles archéologiques préventives ont commencé mi-mars entre la sortie Ouest de Tronville-en-Barrois et la RN4. Cette opération est menée par la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) du Grand Est.

Dans le cadre du chantier d’aménagement routier dû au projet de la déviation de la RN135 de Velaines, ces fouilles d’archéologie préventive font suite aux diagnostics qui avaient été effectués par l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) à l’automne 2019. Sur six sites différents, des fouilles avait été commandées par la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles), celles-ci concernant des périodes allant du Néolithique au Moyen Âge.

Cependant, l’objectif et l’objet des fouilles ne sont apparemment pas vraiment communiqués. Le sénateur de la Meuse Gérard Longuet, militant pour l’amélioration de la route nationale 135, aimerait en être davantage informé : « Je cherche à comprendre quelles sont ces fouilles, et quels en sont les enjeux : on nous parle de nécropoles néovergniennes mais il y en a absolument partout ». De plus, le projet lui paraît assez flou et surprenant au niveau du budget annoncé :

« Du jour au lendemain, on nous apprend que ce n’est plus 400 000 euros, mais quatre millions qui vont être invertis par l’Etat »

Durée d’un à plusieurs mois

Les fouilles sont dirigées par l’Institut national de recherches archéologiques préventives. Elles démarreront aux abords du ruisseau de Vauxelles à Velaines, et au Sud-Est du futur échangeur de la RN4 à Ligny-en-Barrois. En fonction de différents paramètres, comme les aléas météorologiques ou la nature des découvertes, la durée des interventions sur les sites devrait varier d’un à plusieurs mois.

Suite à cette période de recherche sur le terrain, les archéologues étudieront les vestiges recueillis en laboratoire, afin de délivrer des rapports scientifiques détaillés restituant l’évolution de l’occupation humaine sur ces sites. Tout au long de l’année 2021, l’INRAP et la DREAL communiqueront alors toutes les découvertes réalisées dans le cadre de ces fouilles archéologiques.

D’autre part, malgré un bon démarrage, le projet de déviation de la route nationale 135 n’est pas garanti. Le sénateur Gérard Longuet n’est pas confiant pour la suite, car selon lui, "le budget annoncé et la somme d’argent disponible suffirait à financer seulement 60% du projet.

Article publié le :
18.3.2021
à
18:03

Elise Chartier

contacter la rédaction
Avec :
No items found.
Thèmes associés
Partager cet article :
les derniers articles
publicité