Photo d'illustration

France Relance : vers la décarbonisation des exploitations agricoles

Économie

Dans le cadre du Plan France Relance, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a lancé l’opération « Bon pour un Diagnostic Carbone », afin d’accompagner les agriculteurs dans leur transition écologique.

10 MILLIONS D’EUROS POUR LA DÉCARBONISATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES

Doté de 10 millions d’euros du plan France Relance, le dispositif « Bon Diagnostic Carbone » est désormais accessible depuis le 6 mai 2021 pour tous les agriculteurs installés depuis moins de 5 ans. Ce diagnostic personnalisé leur permettra d’identifier les leviers d’actions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et de développer notamment le stockage de carbone. L’agriculteur disposera également d’un suivi personnalisé. De plus, le plan France Relance finance à 90 % la réalisation de ces diagnostics, tandis que les agriculteurs s’acquittent que de 10 % du coût, soit environ 200 euros.

COMMENT RÉALISER CE DIAGNOSTIC ?

Pour les agriculteurs meusiens concernés et intéressés par la réalisation du diagnostic carbone, il est nécessaire de contacter les structures agréées suivantes : la Chambre Départementale d’Agriculture au 03 29 76 81 27 ; la coopérative EMC2 par mail (communication@emc2.coop) ; ou encore le centre de gestion ADHEO 109 au 03 29 84 59 35.

Concernant les agriculteurs haut-marnais, ils sont invités à contacter l’opérateur Gaspard de Courson de la Chambre d’agriculture Haute-Marne, au 06 08 06 52 40 ou à l’adresse mail gaspard.decourson@aube.chambagri.fr.

Les agriculteurs marnais sont eux amenés à joindre la Chambre d’agriculture de la Marne au 03 26 77 36 12, ou par mail à l’adresse cassandre.gaudnik@marne.chambagri.fr.

LES SOLS AGRICOLES, UN PUITS DE CARBONE MAJEUR

En effet, l’agriculture est avant tout une solution dans la lutte contre le changement climatique, à la fois à travers la réduction de ses émissions, mais également en jouant un rôle de stockage de carbone, en particulier dans les sols.Elle constitue ainsi un maillon essentiel dans la stratégie d’atteinte de l’objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050 fixé par l’Accord de Paris. Témoins des effets du changement climatique depuis bien longtemps (augmentation de la température, variabilité accrue des conditions météorologiques, événements climatiques extrêmes…), les agriculteurs s’adaptent à ce nouveau contexte et œuvrent pour en limiter les effets.

« Au-delà de l’avantage certain pour l’environnement, cette mesure apporte également un avantage économique pour les agriculteurs. Le plan d’action et les recommandations établis lors de ce diagnostic s’appuieront sur les méthodologies du Label Bas Carbone. Cela permettra de diriger des financements vers des agriculteurs porteurs de projets vertueux pour le climat. Concrètement, une fois labellisé, un exploitant pourra obtenir des crédits carbone valorisables auprès d’entreprises agissant pour la compensation de leur empreinte environnementale », explique Julien Denormandie, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.



Article publié le :
13.5.2021
à
11:36

Elise Chartier

contacter la rédaction
Avec :
No items found.
Partager cet article :
les derniers articles
publicité