Photo : James Beaurepère / Puissance Télévision
Pompes à Essence Saint-Dizier

« L’ indemnité inflation » définitivement adoptée par le Parlement

Économie
contenu publi-rédactionnel

Le Parlement a définitivement adopté, hier dans la soirée, « l’indemnité inflation » contenue dans le second projet de loi de finances rectificative pour 2021. Le versement débutera à partir du mois de décembre.

Dans la soirée du mercredi 24 novembre, le Parlement a définitivement adopté le second projet de loi de finances rectificative pour 2021, par un dernier vote de l’Assemblée nationale, dans lequel figure « l’indemnité inflation. » Approuvée une première fois par l’Assemblée nationale, cette aide avait par la suite été rejetée par le Sénat le 17 novembre.

À lire également : « L’indemnité inflation » de cent euros invalidée par le Sénat

Pour rappel, cette aide avait été annoncée à la fin du mois d’octobre par le Premier ministre Jean Castex pour favoriser le pouvoir d’achat des Français face à la hausse des prix, notamment ceux du carburant et de l’énergie.

L’aide de cent euros sera donc bel et bien versée aux 38 millions de Français qui touchent moins de 2 000 euros nets par mois.

À partir de quand sera versée l’aide ?

Aucune démarche ne sera à accomplir pour les bénéficiaires de l’indemnité. Défiscalisée, elle sera versée automatiquement, et en une seule fois, dès la fin du mois de décembre par les employeurs aux salariés, qui seront remboursés par l’État.

Les autres catégories concernées, dont les indépendants, les retraités, les chômeurs, les allocataires des minima sociaux, mais aussi les étudiants boursiers, qui perçoivent tous moins de 2 000 euros nets par mois, toucheront l’indemnité à partir du début de l’année 2022, jusqu’au mois de février.

Les députés, de droite comme de gauche, émettent certaines réserves quant à cette mesure. L’opposition la juge électoraliste en vue de la future élection présidentielle pour le parti d’Emmanuel Macron.

Les députés la considèrent également comme « injuste » du fait de la prise en compte du revenu individuel, et non pas de celui du ménage.

Ainsi, une personne célibataire avec des enfants à charge et qui perçoit 2 035 euros par mois ne pourra pas bénéficier de l’indemnité, tandis qu’une autre qui touche 1 975 euros mensuels et qui est en couple pourra en profiter, même dans le cas où son conjoint disposerait d’un revenu bien plus confortable.

Article publié le :
25.11.2021
à
12:07

Anne-France Marchand

contacter la rédaction
Avec :
No items found.
Partager cet article :
les derniers articles
publicité