pixabay

La filière viticole du Grand Est entame sa transition environnementale

Économie

En novembre dernier, la région Grand Est a annoncé un plan de relance d’une enveloppe de 10 millions d’euros pour accompagner la filière viticole dans sa transition environnementale. Ce mois-ci, le plan détaillé a été présenté.

Quels sont les grands objectifs de demain ?

Sur le long terme, il est prévu d’atteindre un vignoble sans herbicides d’ici 2025, ainsi que pour 2030 un vignoble entièrement certifié « viticulture durable en Champagne ». Cette certification est une reconnaissance officielle de la performance environnementale des viticulteurs champenois. C’est une démarche volontaire qui s’appuie sur l’engagement quotidien de ceux-ci autour des principes du développement durable :réduire au minimum les empreintes biodiversité, carbone, et eau. La neutralité carbone pour 2050 fait aussi partie des objectifs visés.

Quels sont les points importants ?

Concrètement, quatre millions d’euros seront mobilisés pour l’agroéquipement : achats de matériels et équipements propres au travail du sol et à l’enherbement (semoirs, tondeuses…). De plus, une aide régionale d’un montant à 3 millions d’euros à destination de la certification VDC va être mise en place.

À noter également qu’une enveloppe de 500 000 euros est prévue pour le développement de structures végétales : haies, bassins écologiques, usage des phéromones… D’autre part, un plan de financement est organisé afin d’aider les programmes de recherches, de développement et d’innovation en vue de la stratégie « bas carbone ».

Enfin, un million d’euros seront versés et investis dans les technologies et équipements connectés en vue d’une transition numérique, la crise sanitaire ayant favorisé l’usage du digital pour continuer à vendre.

Pourquoi la région du Grand Est met-elle autant l’accent sur la filière agricole ?

Tout d’abord, ce sont trois vignobles : alsacien, champenois et lorrain, qui représentent 20 000 exploitations, soit 6,2 %du vignoble français. De plus, ces vignobles représentent un tiers de toutes les exploitations confondues du Grand Est. De surcroît, c’est en effet la première région oenotouristique de France et souhaite bien sûr entretenir ce potentiel.

Article publié le :
13.2.2021
à
20:38

Elise Chartier

contacter la rédaction
Avec :
No items found.