Photo : Sapeurs-pompiers d'Ancerville
Incendie de la papeterie de L'isle en Rigault

L’ancienne papeterie de L’Isle-en-Rigault en feu

Faits Divers

 Hier soir, vers 22 heures, une habitante de la commune de l’isle-en Rigault aperçoit de grosses lueurs au loin ce qui pour elle semblerait être des flammes provenant de l’ancienne papeterie désaffectée située dans la commune. Immédiatement, elle compose le 18 pour prévenir les secours de cette suspicion.

À peine vingt minutes après, les premiers sapeurs-pompiers venant des casernes d’Ancerville, de Beurey-sur-Saulx et de Bar-le-Duc, arrivaient sur les lieux.

Nul doute, le feu avait pris dans un bâtiment de l’ancienne usine, nécessitant alors une trentaine de sapeurs-pompiers pour venir à bout de l’incendie consumant le hangar désaffecté de 1000 m2, sous le commandement du Lieutenant Stéphane Furlani. Ce n’est qu’à 9 h 10 ce matin que l’intervention s’est terminée pour les soldats du feu, restés toute la nuit sur place afin de surveiller que le feu ne se propage pas sur la maison de santé protégée par un rideau d’arbre à proximité, ni même que les flammes reprennent dans les décombres. « C’était quand même spectaculaire, à tel point qu’une bonne centaine d’habitants étaient à proximité », indique Bernard Henrionet, le maire de la commune qui s’était rendu sur place.

Trois Fourgon Pompe Tonne (FPT) des trois casernes étaient mobilisés ainsi qu’un engin porteur d’eau et la grande échelle du centre barisien. Face à l’absence de poteau incendie proche du sinistre, les secours ont pompé l’eau de La Saulx, la rivière bordant le bâtiment situé sur un site reculé de la ville. Aucune victime n’est à déplorer, le bâtiment étant vide de toute activité.

Les soupçons semblent se porter sur certains visiteurs nocturnes : « dans ce bâtiment, on y va quand même relativement souvent pour des squatteurs qui doivent faire des feux », nous confie le centre opérationnel des pompiers meusiens. En effet, l’entrepôt est désaffecté depuis 2001, il est devenu une zone bien appréciée par les street-artistes et les amateurs d’urbex malgré un arrêté du maire pour y interdire l’accès. « C’est le troisième incendie depuis le début de l’année », regrette le maire.

Le bâtiment est en liquidation judiciaire depuis une vingtaine d’années, l’huissier de justice Hervé Dechristé en charge du dossier depuis 2012 assure que l’entrepôt a été sécurisé même s’il avoue « sécuriser un site comme celui-ci est absolument impossible, même en fermant avec des cadenas, c’est ouvert à tout le monde ». Celui-ci essaie de vendre le bâtiment, en vain, puisque celui-ci n’est pas « dépollué », une étape obligatoire de la liquidation judiciaire après la sécurisation et le remboursement des salariés avant la vente d’un site. Deux solutions sont donc possibles : l’abandon du site à la collectivité ou la cession à l’EPFGE (l’Établissement Public Foncier de Grand Est). La première reste plus probable même si la communauté de communes des Portes de Meuse reconnaît qu’« un projet de réhabilitation est en cours de réflexion » comme l’affirme Laurent Flouest, le directeur général adjoint des services.

Une enquête est en cours par les gendarmes de la communauté de brigades de Ligny-en-Barrois afin de connaître les circonstances exactes de ce départ de feu.


Article publié le :
22.6.2021
à
11:55
Avec :
No items found.
Partager cet article :
les derniers articles
publicité