Photo d'illustration / Pixabay

Le Grand Est a commandé ses premiers trains à hydrogène

Société

En partenariat avec Alstom, la SNCF travaille depuis plusieurs années sur la propulsion à hydrogène. Objectif : supprimer les émissions des trains au diesel qui circulent encore sur le territoire. Ce 8 avril 2021, quatre régions dont le Grand Est, annoncent avoir commandé pour la première fois en France des modèles de trains à l’hydrogène.

Un investissement de 190 millions d'euros

Ce sont 12 trains du type « Coradia Polyvalent bi-mode électrique hydrogène » qui ont été commandés et répartis entre le Grand Est, l’Auvergne-Rhône-Alpes, la Bourgogne-Franche-Comté, et Occitanie. Le contrat est d’un montant total de 190 millions d’euros. Pour l'instant, aucune date de livraison n’a été encore annoncée mais les premiers essais sur les voies sont prévus pour fin 2023, et une commercialisation en 2025.

Un train qui rejette seulement de la vapeur d'eau

Ces trains sont créés par la société Alstom, une figure pionnière du train à l’hydrogène. Elle est en effet la première entreprise ferroviaire au monde à avoir proposé un train à hydrogène sur le marché. Ses premiers prototypes ont notamment déjà circulé en Allemagne en 2018.

Comment ça fonctionne ?

C'est un mélange d’hydrogène embarqué à bord et de l’oxygène présent dans l’air ambiant, grâce à une pile à combustible installée dans la toiture qui produit de l’électricité nécessaire à la traction de la rame. Il ne rejette effectivement que de la vapeur d’eau. L’hydrogène, et en particulier l’hydrogène vert, représente ainsi un moyen de lutte contre les effets du réchauffement climatique. Ces trains auront une autonomie allant jusqu’à 600 km sur les lignes non électrifiées, avant de devoir recharger leurs réservoirs à hydrogène pressurisé.

La SNCF a choisi ce modèle de train dans le but de réduire son bilan carbone et supprimer les émissions des 20% de trains au diesel qui circulent sur ses voix. L’idée de ces trains propulsés à l’hydrogène semblait être la solution la mieux adaptée, sachant que la moitié des 30 000 kilomètres de réseau ferré en France ne sont pas électrifiés. Ces lignes sont en majorité les moins utilisées, et leur électrification ne saurait donc être rentable. L'hydrogène pourrait donc devenir une des réponses adaptées pour réussir la transition énergétique dans les territoires.

Article publié le :
14.4.2021
à
14:24

Elise Chartier

contacter la rédaction
Avec :
No items found.
Thèmes associés