Photo : Coop Emc2
moissoneuse-champ-de-blé

Les agriculteurs peinent à garder la tête hors de l’eau

Vie locale
alerte info
contenu publi-rédactionnel

Le mercredi 14 Juillet était synonyme de fête nationale pour certains, de catastrophe naturelle pour d’autres. Grande source d’inquiétude écologique, ces intempéries sont un raz de marée pour les agriculteurs.

Une récolte en pause...

L’eau est un élément essentiel à l'agriculture mais le soleil tout autant. Ce mois de juillet 2021 n’a pas été une période caniculaire devenue pourtant quasi habituelle ces dernières années. Les agriculteurs de la Meuse sont donc sous pression et leurs moissons en souffrent. En plus de réduire considérablement la qualité des récoltes, ce surplus d’eau repousse l'activité des travailleurs agricoles.

« Le problème est l'excès pluviométrique aux antipodes des dernières années. A cause de ces pluies à répétition, les sols sont humides et les champs sont inaccessible avec les machines », explique David Méder, responsable du département céréales chez EMC2.


… qui se voit réalisée dans la précipitation

Pour leur conservation, les grains se doivent d’être secs. Il suffirait en théorie d’attendre le soleil et le séchage qui va de paire avec. Mais à chaque pluie, la qualité des céréales diminue. Ce qui produirait une descente en gamme assez vertigineuse. 

De l’alimentation humaine en transformant les cultures en pain ou bière, on risque de tomber à l’alimentation pour bétail. Il est évident que les animaux de ferme et les consommateurs ne servent pas dans la même assiette, donc le prix de vente du grain est revu fortement à la baisse dans ces cas là.

Les agriculteurs sont alors obligés de se précipiter à leur machine et de travailler parfois jusqu’à six heures du matin contre une heure habituellement. La priorité est à la récolte mais certaines parcelles sont délaissées au profit d'autre, car des choix s'imposent.

« Certaines zones ne sont pas accessible et n'ont même pas pu être récoltées, certaines parcelles sont délaissées, notamment les pois, les agriculteurs en ont abandonné l'idée. Quand il fait beau, ils sauvent ce qu'ils peuvent, et ils ont du faire un choix entre les blés et les pois », explique David Méder.

Une solution normalement impensable en plein été : le séchoir à grain

Il s’agit là du dernier recours avec l’augmentation de l’amplitude horaire. En Meuse, c’est au siège social de EMC2 (coopérative agricole de la région Grand-Est) à Bras-Sur-Meuse que l’un des quatre séchoirs de la coopérative tourne en ce mois de juillet pluvieux.

A savoir qu’il s’agit là encore d’un enjeu économique. En effet, 15% d’humidité est la limite avant que l’agriculteur paye des taxes en plus à la coopérative sur ses récoltes. Il a été décidé de lever cette limite à 18% en raison du contexte climatique qu’ont traversé les plantations. Les grains sont également passés au séchoir aux frais de la coopérative du Grand-Est.

« C'est la première année que je vois ça sur vingt ans de métier, je n'avais jamais vu les récoltes prendre 18% [d'humidité] », s'alarme David Méder.


Après les gelées en avril et les inondations en juillet, les agriculteurs ne savent à quoi s’attendre à l’avenir. Mais leur prochain objectif est connu : la récolte des tournesols au mois de septembre quand ces derniers seront arrivés à maturité. En effet, à cause des canicules des années précédentes, le colza n'a pas levé donc le choix a été fait de ne conserver que 15% des plantations de colza. Les tournesols ont remplacé cette production, un sursaut d'espoir pour la collectivité.

« La moisson est prometteuse, on espère une bonne moisson mais regardez, au mois de juin c'était prometteur et voilà où on en est aujourd'hui », rappelle David Méder.

Une demande de reconnaissance de calamité agricole a été déposée par l'EMC2 et d'autres producteurs de la Région Grand Est. Ne reste plus qu'à savoir si une levée de fond aura bel et bien lieu.

Un travail de sécheresse sera là aussi à effectuer et soumis aux intempéries, les travailleurs de la terre auront comme à leur habitude, les yeux tournés vers le ciel.

Article publié le :
20.8.2021
à
12:05

Kellian Dutreuil

Contacter la rédaction
Avec :
No items found.