Photo : Quentin de Groeve et Lucas Hans / AFP
Photo du Sénat

« L’indemnité inflation » de cent euros invalidée par le Sénat

Politique
contenu publi-rédactionnel

Le Sénat a supprimé l’indemnité inflation de cent euros annoncée durant le mois d’octobre 2021 par le gouvernement. Il privilégie, à sa place, une mesure de substitution. 

Le Premier ministre Jean Castex avait annoncé vers la fin du mois d’octobre, le versement d’une « indemnité inflation » de cent euros pour faire face à la hausse des prix, et notamment ceux du carburant.

Cette aide devait être versée aux 38 millions de Français qui touchent moins de 2 000 euros nets par mois.

À lire aussi : cent euros d’« indemnité inflation » : les Bragards mitigés.

Le Sénat parie sur des mesures « mieux ciblées »

Ce mercredi 17 novembre, le Sénat a rejeté en première lecture l’instauration de cette indemnité dans le projet de budget rectifié de 2021. Selon l’assemblée, cette aide est une « mesure électoraliste [ndlr : qui] cumule les inconvénients » et, notamment, celui d’être trop coûteuse pour l’État.

À la place, le Sénat lui a préféré un dispositif davantage concentré sur les foyers les plus modestes.

La Haute assemblée, majoritairement de droite, privilégie plutôt le versement d’une allocation de 150 euros pour les bénéficiaires de la prime d’activité et de minima sociaux, et d’une dotation supplémentaire attribuée aux chômeurs et aux jeunes en parcours d’insertion.

De cette manière, plusieurs populations originellement concernées par cette indemnité dans le projet du gouvernement, adopté par l’Assemblée nationale, sont exclues du budget rectificatif voté par le Sénat : salariés, indépendants, retraités, chômeurs, allocataires des minima sociaux, mais également les étudiants boursiers, percevant tous moins de 2 000 euros nets par mois.

Ce dispositif coûterait 1,5 milliard d’euros à l’État.

Désormais, la navette parlementaire va suivre son cours. Le projet de loi rectificatif voté par le Sénat va être lu et débattu à l’Assemblée nationale, composée à la majorité de députés LREM. L’Assemblée nationale votera ensuite une nouvelle proposition du texte dans lequel elle pourra rétablir le projet du gouvernement, et donc l'indemnité inflation. En cas de désaccord entre les deux chambres, l’Assemblée nationale aura le dernier mot sur le budget rectifié de 2021, et sur l’indemnité de cent euros.

Article publié le :
19.11.2021
à
15:05

Anne-France Marchand

contacter la rédaction
Avec :
No items found.
Partager cet article :
les derniers articles
publicité