Photo : Puissance Télévision
Nicolas-Lacroix-en-direct-sur-LCI

Nicolas Lacroix, président de la Haute-Marne, exige la vaccination obligatoire à l’échelle nationale

Sciences & Santé
alerte info
contenu publi-rédactionnel

Dans une lettre ouverte destinée à Emmanuel Macron, Nicolas Lacroix souhaite une vaccination obligatoire « pour tous les Français de plus de 18 ans, avec un schéma à engager d’ici le 1er février 2022 »

Le président du Conseil départemental (LR ) de la Haute-Marne, Nicolas Lacroix, était ce mardi soir en direct sur LCI dans l’émission « Brunet et compagnie » présentée par Éric Brunet et Julie Hammett.

La présence de Nicolas Lacroix n’est pas anodine, ce dernier a annoncé « adresser une lettre ouverte au président de la République » ce matin pour instaurer la vaccination aux citoyens âgés de plus de 18 ans.

« Je le fais en tant que Président de mon département. Je parle au nom des Haut-Marnais qui m'ont élu. Le Grand Est a subi des vagues importantes durant la crise sanitaire, plus de 90% des Français sont vaccinés et ils subissent l’action des 10% des non-vaccinés », explique Nicolas Lacroix.

Sur le plateau de LCI, présentateurs et éditorialistes ont essayé de comprendre le fondement de cette lettre et des propos tenus par Nicolas Lacroix, et s’il n’y avait pas une question politique derrière tout ça. « Êtes-vous en voix de macronisation ? Vous en avez parlé à Valérie Pécresse ? Pourquoi Pécresse ne le fait pas ? » s’interrogent-ils.

Face à toutes ces questions, le président haut-marnais a alors expliqué point par point pourquoi la vaccination obligatoire était importante, peu importe le bord politique.

« Le parti « Les Républicains » est divisé sur le pass vaccinal, mais Valérie Pécresse y est favorable. Lorsqu’on est sur le terrain, il n’y a pas de mesures de droite, il n’y a pas de mesures de gauche. Je le fais, car beaucoup d’élus devraient le faire. Personne n’ose le dire, personne n’ose l’écriture, rétorque-t-il. On voit un manque de liberté, on voit 90% des Français qui se font emmerder par les non-vaccinés. Quand l’incitation ne suffit plus, il y a plus qu’une seule solution : l’obligation. »

Service de réanimation saturé, aide-soignant et sapeurs-pompiers sanctionnés

Ce qui a poussé Nicolas Lacroix à écrire à Emmanuel Macron, c’est aussi la tension hospitalière qu’il a pu « observer dans son département » qui est totalement saturée. « Ce qui choque les Français, ce sont les urgences qui sont occupées par 80% des Français non vaccinés. C’est le cas en Haute-Marne, j’ai peu de lits de réanimation et ils sont occupés principalement par des non-vaccinés. Tout le monde doit être pris en charge, c’est vrai, mais les non-vaccinés empêchent et font reculer des opérations. », expose le Président du Conseil départemental de la Haute-Marne.

Mais alors, si la vaccination devient obligatoire, des sanctions devront être imposées aux citoyens s’opposant au vaccin.

« On applique déjà des sanctions. Je suis président du service départemental d'incendie et de secours et j’ai suspendu un nombre de sapeurs-pompiers qui ne sont pas vaccinés, ils avaient l’obligation de l’être, tout comme les soignants. Ce n’est pas une histoire de classe de se faire vacciner ou non », conclut Nicolas Lacroix.

La lettre est désormais entre les mains du Président de la République. Affaire à suivre…

Article publié publié le
11.1.2022
à
23:43
Avec :
No items found.