Dany Kurniawan / Pexels

Pouvoir d’achat : ce qui change pour vous au 1er septembre

Économie
alerte info
contenu publi-rédactionnel

Flambée du prix de l’énergie et des carburants, hausse des tarifs de l’alimentaire… Ces derniers mois, le portefeuille des français n’a pas été épargné. Voici ce qui va changer à la rentrée.

Chaque 1er du mois rime avec nouvelles mesures gouvernementales. Et ce 1er septembre n’y fera pas exception. Le maître mot de cette rentrée est « pouvoir d’achat ». Pour cause, le porte-monnaie des français a souffert des nombreuses augmentations des prix ces derniers mois. La guerre en Ukraine, l’emballement de la demande à la sortie des restrictions Covid, ainsi que la politique « Zéro Covid » de la Chine qui bloque l’accès à Shanghai, ont propulsé l’inflation en Europe. Même si nous bénéficions d’une inflation moins spectaculaire que nos voisins, le Gouvernement français a pris des mesures pour la contrer, qui seront effectives dès cette rentrée.

Dépenses supplémentaires, donc aides supplémentaires

Après plusieurs semaines de débats et de votes à l’Assemblée Nationale, puis au Sénat, les différentes mesures de soutien au pouvoir d’achat ont été adoptées le 4 août. Visant à soulager le porte-monnaie des français face à l’inflation, certaines de ces mesures prendront effet dès ce 1er septembre.

Qu'en est-il pour le carburant ?

Depuis le 1er avril, une « remise carburant » a été mise en place par le Gouvernement pour faire face à l’envolée du prix. Actuellement d’un montant de 18 centimes le litre, cette remise va progressivement évoluer à partir du mois de septembre. La remise carburant sera ainsi de 30 centimes le litre en septembre et octobre. Elle diminuera ensuite à 10 centimes en novembre et décembre.
En complément, Total a également proposé une baisse de 20 centimes par litre, du 1 septembre au 31 octobre. Additionnées, ces deux remises devraient faire chuter le prix du litre de carburant autour de 1,50 € (à condition d’acheter chez TotalEnergies).

La prime de rentrée exceptionnelle, 10,8 millions de foyers concernés.

En septembre, sera également versée une prime de rentrée exceptionnelle. Pour les personnes qui touchent les minima sociaux, aides au logement, et pour les étudiants boursiers, cette prime est de 100 € par foyer (+ 50 € par enfant). Pour celles qui sont au-dessus des minima sociaux et qui touchent la prime d'activité, un versement exceptionnel complémentaire est prévu à la rentrée (en plus de l'augmentation de 4% de la prime d'activité déjà intervenue au 1er juillet).

La précarité étudiante

Comme l’année passée, les repas à 1 euro proposés par les CROUS pour les étudiants boursiers seront maintenus toute cette année universitaire, mais non-élargis à l’ensemble de la population estudiantine. Le coût de la vie étudiante augmente de 6.47%, a alarmé l’UNEF, le syndicat étudiant. Pour y faire face, les bourses sur critères sociaux seront revalorisées de 4 % à partir de cette rentrée de septembre.

Augmentation et élargissement des tickets-restaurants.

Actuellement fixé à 19 €, le plafond quotidien d’utilisation des titres-restaurant passera à 25 €. En prime, les tickets-restaurants pourront désormais servir à payer toutes les courses alimentaires, jusqu’au 31 décembre 2023. Pour rappel, actuellement, seuls les produits alimentaires consommables directement pouvaient être payés avec ces tickets. Ainsi, s’il était possible d’acheter des plats préparés ou des sandwichs ; les féculents, les poissons, et les viandes n’étaient pas accessibles.

Enfin, le montant maximum de la part employeur aux titres-restaurant exonérée de charges passera de 5,69 à 5,92 € dès le 1er septembre prochain. La valeur maximale du ticket restaurant ouvrant droit à l’exonération sociale augmente aussi et passera de 11,38 € à 11,84 €.

Article publié publié le
31.8.2022
à
14:30

Florent Arnold

Contacter la rédaction
Avec :
No items found.
Partager cet article :
les derniers articles
publicité