Photo : Julian Carrey / Puissance Télévision

Saint-Dizier : important incendie chez Arcelor, 600 m2 touchés

Faits Divers

Ce vendredi soir à 22 h 26, les sapeurs-pompiers de la Haute-Marne ont été alertés d’un départ de feu au sein de l’usine ArcelorMittal de Saint-Dizier, ex-Trefileurope, située place Becquey dans le quartier de Marnaval. 

Immédiatement, de nombreux moyens ont été engagés pour intervenir sur le sinistre venant de toutes les casernes de pompiers environnantes : Saint-Dizier, Eclaron, Ancerville, Bayard-sur-Marne, Chevillon, Joinville, Wassy, Bettancourt-la-Ferrée, Doulaincourt, Poisson et Chaumont, soit dix casernes haut-marnaises et une meusienne.

Des cuves d'acide et de soude touchés

Dès leur arrivée sur les lieux, les soldats du feu ont effectué une reconnaissance totale du site de 6 000 m2 afin d’identifier précisément la zone sinistrée ainsi que ses risques, et attaquer massivement l’origine du feu pour empêcher la propagation sur l’ensemble de l’atelier. Leur objectif étant de limiter l’impact sur l’outil de production, afin d’envisager une reprise rapide de l’activité du site dans les prochains jours, tout en maintenant la sécurité des intervenants et des travailleurs présents dans l’usine au moment des faits. C’est d’ailleurs eux qui ont composé le 18 à la découverte du feu avant d’évacuer la zone et de rejoindre le point de rassemblement à l’extérieur. 

Parmi l’ouvrage, 600 m2 a été sinistré par l’incendie, soit 10 % du site, principalement la zone de stockage des cuves d’acide et de soude, et un bac de dégraissant. Quatre lances à eau et une lance à mousse ont été utilisées par les sapeurs-pompiers pour arriver à bout des flammes

60 soldats du feu mobilisés

Le sous-préfet de Saint-Dizier, Hervé Gérin, était également présent sur place. Étant donné l’importance du feu et le risque de pollution émanant de la fumée, le représentant de l’État a dû rejoindre la cellule de commandement installée à proximité pour suivre l’évolution de la situation avec les officiers coordonnant l’opération. « Grâce à l’intervention rapide des soldats du feu, et à l’extinction des foyers principaux, les risques ont été réduits. »

Le directeur de site d’ArcelorMittal était lui aussi sur les lieux, appeler par le cadre d’astreinte afin d’aider les sapeurs-pompiers à effectuer la reconnaissance du site, mais aussi identifier les produits chimiques et toxiques présents au sein de l’atelier. « On va devoir attendre avant de prendre des décisions, il faut que l’on détermine les dégâts, par la suite on verra ce que l’on va faire. Mais la ligne de galvanisation va certainement être stoppée », précise-t-il.

À minuit, un peu plus de 60 pompiers étaient encore mobilisés sur cette intervention et 18 engins, avec notamment des moyens spécifiques tels que la cellule émulseur des pompiers bragards et deux cellules d’intervention à risques chimiques. Mais le feu était presque éteint, seuls quelques foyers résiduels persistaient, sans risque sur l’ensemble de l’ouvrage. Les sapeurs-pompiers resteront tout de même en surveillance durant toute la nuit au moins. 

La police nationale de Saint-Dizier était elle aussi mobilisée afin de réaliser une enquête de flagrance et tenter de déterminer les causes de ce départ de feu. Heureusement, aucune victime n’est à déplorer. 


Article publié le :
24.4.2021
à
2:00
Avec :
Antoine Regnault
Partager cet article :
les derniers articles
publicité