Photo d'illustration : Manon Grosset / Puissance Télévision
Téléphone affichant le 31 14 pour appel

Un numéro national de prévention du suicide

Sciences & Santé

Depuis le 1er octobre 2021, un numéro national de prévention du suicide est entré en fonctionnement. Il a pour but d’apporter un soutien aux personnes en grande souffrance psychologique.

Un numéro à l’échelle nationale

Annoncé par le ministre des Solidarités et de la Santé le 27 septembre, le nouveau numéro national de prévention du suicide, le 31 14, est entré en fonctionnement le vendredi 1er octobre. Ce dispositif s’inscrit dans le cadre du Ségur de la santé, plan massif d’investissement et de revalorisation des carrières de santé. L’objectif de ce numéro est de prévenir et de réduire le nombre de suicides chez l’ensemble des citoyens, le suicide étant la deuxième cause de mortalité chez les 10-25 ans (après les accidents de la route).

« Ce nouveau dispositif vise à offrir aux citoyens en grande souffrance une ligne téléphonique qui apporte une réponse professionnelle », souligne l’Agence régionale de Santé du Grand Est.

Gratuit, confidentiel, et accessible 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 sur tout le territoire national, ce numéro est ouvert à tous. Les individus en souffrance, l’entourage inquiet pour un proche ou encore les personnes endeuillées par le suicide sont concernés par ce dispositif. Les professionnels de santé, en contact avec des personnes en détresse ou à la recherche d’information sur le suicide et sa prévention, pourront également l’utiliser.

Au bout du fil, des répondants professionnels spécialement formés à la prise en charge de la souffrance psychique et à la prévention du suicide, supervisé par un médecin spécialiste, répondent aux personnes en détresse. Ils effectuent des missions d’écoute, d’évaluation, d’orientation, d’intervention et d’accompagnement au sein des centres régionaux.

 

Le dispositif dans le Grand Est

Dans la région Grand Est, le dispositif est pris en charge par le Centre Psychothérapique de Nancy (CPN). Les Docteurs PICHENE et LIGIER du CPN sont à la tête d’une équipe de professionnels de soins, en activité depuis le 1er octobre.

Le centre répondant du Grand Est répond aux appels de 9 heures à 21 heures, tous les jours. La nuit, de 21 heures à 9 heures, les appels sont transférés au Centre hospitalier universitaire (CHRU) de Lille.

Porté à l’échelle nationale par le CHRU de Lille, l’établissement collabore avec les centres régionaux sur tout le territoire métropolitain.

« Ce numéro unique ne vise aucunement à remplacer les dispositifs déjà en place au niveau régional », explique l’Agence Régionale de Santé du Grand Est.

Ce dispositif national ne se substitue donc pas aux services régionaux de la prévention du suicide dans la région Grand Est, mais les complète pour en assurer une meilleure efficacité. La coordination entre les structures nationales et régionales se poursuivra sur les mois prochains.

Quelques chiffres : en 2015, un décès par suicide toutes les 12 heures était comptabilisé tandis qu’en 2017, un habitant de la région sur 20 déclarait avoir eu des pensées suicidaires au cours de l’année écoulée, représentant plus de 190 000 personnes dans la région.

 

Pour plus d’informations sur le dispositif, rendez-vous sur le site du 31 14 : https://3114.fr/.

Affiche du numéro national 31 14 © Ministère des Solidarités et de la Santé


Article publié le :
11.10.2021
à
15:56
Partager cet article :
les derniers articles
publicité