Photo : Pierre Colin / Puissance Télévision

Velaines : troisième accident sur la RN135 en quelques mois

Faits Divers

En fin de matinée, un accident de la circulation est survenu au sein de la commune de Velaines sur la RN 135.Alors que le piéton sortait de la boulangerie, il a été renversé par un automobiliste.

À l’arrivée des secours, la victime, un homme âgé d’une quatre-vingtaine d’années était inconsciente. Face à la gravité de l’état de santé, il a été héliportée vers C.H.U. de Nancy. 

Troisième accident en moins d'un an

Un accident qui fait écho aux deux autres survenus aux mêmes endroits il y a quelques mois. En juillet dernier, une femme de 75 ans a perdu la vie dans un accident en sortant de la boulangerie. En novembre, une moto et une voiture sont entrées en collision.

Avec à la recrudescence des accidents, le maire de la commune Jean-Claude Midon a réclamé la mise en place de mesures pour sécuriser la route RN 135. C’est dans ce cadre qu’il réunion s’est tenue en préfecture autour de cette portion de route et notamment sur la sécurité des riverains.

«Trop de nos concitoyens ont perdu la vie sur cet axe accidentogène »

Dans un communiqué de presse, l’ancien ministre et actuel sénateur de la Meuse, Gérard Longuet partage l’avis du maire et la mise en place d’une déviation, « désengorgerait le réseau routier aux heures de pointe et éviterait d’alourdir le triste bilan des vies perdues jusqu’alors sur ce tronçon. La question de la vie humaine et de sa sécurité se place également au cœur de ce débat. Trop de nos concitoyens ont perdu la vie sur cet axe accidentogène », avance le sénateur.

Si en 2017, une convention a pu être signée entre l’ensemble des partenaires et l’État, relative au financement de ces travaux, «l’annonce lors d’une réunion préfectorale d’une augmentation de 70 % du coût total, passant de 48 à 81,5 millions, est donc incompréhensible ». De plus, « elle est aussi surtout impossible à prendre en charge par les collectivités locales. En revenant ainsi sur sa parole, l’État se dirige vers une réelle et conséquente rupture du pacte confiance avec ses partenaires locaux », poursuit le Sénateur.

Les sénateurs de la Meuse vont interpeller le gouvernement

Face à cette incompréhension, le sénateur de la Meuse Franck Ménonville posera une Question Orale auGouvernement, à ce sujet, ce mardi 9 février. Gérard Longuet, interrogera dans le même sens, Barbara Pompili (ministre de la Transition écologique) lors des Questions Orales du mardi 9 mars 2021. Les représentants locaux espèrent avoir de réponse concrète et faire avance le dossier.

Article publié le :
5.2.2021
à
9:39
Avec :
No items found.
Thématiques de cet article :